LOD’HARLIA’S MOMMY ROOM

Chez nous dans mon village, lorsqu’une femme s’apprête à accoucher d’un enfant qu’elle a caché plus de 6 à 8 mois au public,  ce qui relève de la chance, surtout lorsqu’elle habite dans une maisonnée pleine de tantes et cousins, elle ne sortira que pour ses draps et pagnes intimes à sécher, prendre son tendre bain au soleil et quelques rares visites au dispensaire de la région.

Celles-ci, dans cette grande joyeuse-peine traînaient leur divers maux de grossesses dans une sacrée intimité. Elles arrivaient même à avoir à leur chevet une spéciale boîte de conserve remplie de sable pour retenir leur salive trop débordante. Ainsi sur place comme des reines, on leur évitait, disait-on, ce  mauvais œil, du stress, les yeux des malfaiteurs qui voudraient faire du mal au futur bébé. Ce dernier, qui est un don de Dieu, est vaillamment protégé.

On leur interdisait, les jeunes futures mamans, de déambuler joyeusement  dehors aux yeux de tous avec leur merveilleux bonheur au creux de leurs entrailles. La BABYSHOWER ne se produit point donc avant la naissance encore de nos jours. (J’en parlerai bientôt dans un autre article dédié aux mamans africaines pour lesquelles j’ai organisé  BABYSHOWER, BABYMOON, BABYFAITH.)

HOUSSE DE COUSSIN LOD9.png

Tombée enceinte de mon fils Nolan, je n’ai pas eu tout ce grand mystère autour de la femme enceinte. Autrefois je trouvais tellement tout cela sans mérite. Aujourd’hui je donnerai tout,  je donnerai vraiment tout pour le vivre. Une fois loin de toutes ses coutumes et traditions, mon âme appelle la réincarnation au village. C’est terrible à vous avouer. Mais la vérité est que mon coeur est pétrifié d’amour pour tout cela. Autant dire que c’est une grâce divine d’avoir nos mères, nos grandes tantes bienveillantes avec tout ce mystère auprès de nous, avec tous ses chuchotements de prières et invocations au cours de cet instant clé de notre vie à réciter en toute intimité. Des deux coeurs aux pieds en duo mais en un, de deux corps à âme unique dans le sacré, le souhait de mère qui détient dans son sein ce bébé qui naîtra se raconte et se fête autrement!

Cette chance là, au début  de ma grossesse je ne l’enviais pas trop. J’étais si heureuse, convaincue que tout allait comme sur les roulettes. Les 5 premiers mois je vivais les légers maux autour des odeurs des parfums des collègues comme un cadeau inestimable. Je coulais en douce ce bonheur d’être une femme pleine de grâce divine à tel point que je passais mon temps derrière ma collègue la comptable juste pour humer quelques senteurs.

LODHARLIA MOMMYS ROOM1.jpg

Le 6ème mois je tombais comme Jésus-Christ, en plein public portant ma croix divine vivante qui respirait et vigoureusement grandissait en moi. Répétitif, je cognais ma tête à des portes en vitre. Trainant sur les bancs des arrêts de bus plus d’une heure, je perdais conscience au milieu du chemin vers mon bureau. Marcher pour aller au travail qui n’était qu’à 8 min de la maison, m’était insupportable. De plus, déjà myope, ma vue devenait de plus en plus floue.  L’hypotension très dérangeante m’ôtait toute énergie.

Il m’est arrivé de jeter ma perruque au milieu d’une réunion. Puis douloureusement mais souriant, j’ai pris congé!  Entre d’autres sacrées mésaventures, je me suis retrouvée  dans la grande salle des toilettes au sous-sol du grand shopping centrum et bibliothèque, toute effondrée. Il a fallu que je boive autant d’eau du robinet de cette toilette, tout enlever, m’allonger à terre en soutien-gorge et attendre que je retrouve la raison avant de sortir et appeler un taxi. Le souffle pour marcher à peine 4 min et arriver chez moi n’y était plus. Je n’avais pourtant aucun gros ventre. Au total des 9 mois, j’avais pris que 18 kg pour une taille de 1.64m.  Au travail, on me mettait au sous-sol  avec tout ce dont j’ai besoin pour travailler. Et pourtant je n’y arrivais pas. Chaque heure mon collègue le plus vaillant et bienveillant passait avec encore un objet de plus qui rendrait confortable mon assise, sans parler des chefs et têtes de la grande direction. Rien ne m’aidait. Seul le lit était mon recours ! Mais là aussi, il fallait être stratège ! A la fin, on m’avait hospitalisée!

LODHARLIA MOMMYS ROOM2.jpg

Dans mon dortoir terne et trop neutre j’ai passé mes 3 derniers mois douloureux à peaufiner les rêves d’un confort divin pour chacune de nous qui devons absolument,  coûte que coûte, survivre à ces désastreux mais fabuleux instants de notre vie de femmes bénites.

Au fur à mesure que je rêvais d’habiller et de structurer l’espace « femme enceinte » dans mon recoin, je pensais à ce ‘’ je ne sais quoi ‘’ qui apporterait non seulement un confort supplémentaire au corps des femmes enceintes mais aussi de l’allure prestigieuse du coin. Car s’il devrait encore m’arriver de vivre une telle expérience seule trop souvent, il faudrait absolument être au grand soin de mon âme qui allait presque crever.

A peine sortie des couches, 3 mois plus tard suite à la naissance de mon fils Nathanaël Nolan Kristoffer, j’ai réalisé mon premier macaron-coton. Tout cela grâce à Dieu, le Tout Puissant.

Maintenant que vous savez les raisons pour lesquelles LOD’HARLIA MOMMY ROOM est née, scrollez et ne résistez plus ne serait-ce que pour faire plaisir à une femme enceinte qui aurait certainement un grand sourire aux lèvres, mais au fond croule sur des mésaventures désastreuses de future maman.

Une création de taies d’oreiller fait tellement avec tout mon amour pour les femmes, pour les chambres douillettes des merveilleuses dames pleines de grâce avec un macaron-coton pour votre première commande!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

3 Taies d’oreiller à 75€ 
Longueur : 65 cm –  45 cm – 35 cm
Largeur : 65 cm et 45 cm – 35 cm

Couleurs : Blanc, Rose, Rose-Blanc et Strip..
D’autres couleurs (Verte, Gris, Crème) actuellement en création.

Le Tissu:  100% COTON
Garnissage : 80% Polyester et 20% Coton

Conseils d’Entretien
Lavage en machine à 40°C maximum
Séchage à 60 °C maximum
Repasser à 150°C maximum

Si vous avez des questions ou passez commande, je serai très heureuse de vous avoir par téléphone au 0032 476 89 11 75 du Lundi au Vendredi de 14h à 19h et le Samedi de 09h30 à 16h30, ou par email via lodharlia@yahoo.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s